Act against Aids

Santé des femmes

Protéger les fem­mes et ren­for­cer les familles

Les femmes sont parti­cu­lière­ment touchées par le VIH, car elles sont plus vul­nérab­les que les hom­mes. De plus, le risque de déve­lopper un cancer du col de l’uté­rus pour les fem­mes attein­tes du VIH s’avère très élevé. Le centre de santé pour les fem­mes apporte soutien et con­seils à nos patientes.

«Nous discu­tons et expli­quons tout ce que nos pati­entes veulent savoir. Car ce n’est qu’en connais­sance de cause que l’on prend des déci­sions fondées.»

Sister Petronella travaille au centre de santé pour les femmes

Le centre de santé pour les femmes ouvert en mars 2015 se trouve à proximité immédiate du bâtiment principal de la clinique. Chaque mois, quelque 350 femmes s’y rendent pour un contrôle gynécologique afin de dépister un éventuel cancer du col de l’utérus et, le cas échéant, de le traiter. Depuis décembre 2015, toutes les jeunes filles et les garçons âgés entre 10 et 17 ans sont vaccinées contre le papillomavirus humain, qui peut provoquer le cancer du col de l’utérus et d’autres types de cancer. Les patientes du centre et leurs partenaires obtiennent, par ailleurs, une aide médicale en cas d’infections sexuellement transmissibles.

Planification familiale et prévention

Au nouveau centre de santé pour les femmes, trois infirmières et trois médecins veillent au bien-être des patientes, les éclairent de manière compétente et les conseillent en matière de planning familial et de difficultés dans leur couple. Un conseil compétent revêt une importance primordiale durant la grossesse, car aujourd’hui, grâce aux thérapies, les femmes séropositives peuvent mettre au monde des enfants en bonne santé.

Prévention du cancer du col de l’utérus

Presque deux tiers de nos patients sont des filles et des femmes. Au centre de santé pour les femmes, nous pouvons leur fournir une aide ciblée. La prévention du cancer du col de l’utérus porte ses fruits: depuis que les patientes sont régulièrement examinées et traitées, le pourcentage de diagnostics positifs lors des consultations de suivi a chu­té de 14 % (2014) à 6 % (2016).

Illustration: Diagnostics positifs lors des consultations de suivi en 2014, 2015 et 2016